Membres de l’atelier

Juliette Chemineau – Crouzet, architecte scénographe et artiste

Juliette Chemineau - Crouzet,Architecte de formation, Juliette Chemineau – Crouzet axe son parcours à l’ENSA Paris Val de Seine autour de la transformation de l’espace public dans une vision sociale et prospective. Elle écrit notamment son mémoire sur les liens qu’entretiennent les utopies mobiles des années 1960 et la mouvance actuelle d’occupation temporaire du bâti. Une fois son diplôme obtenu et après avoir travaillé en agence d’architecture à Paris, elle  part à la rencontre des acteurs de la transition, de l’éco construction et de pratiques alternatives en parcourant la france pendant un an. Elle participe également à la création d’événements en tant que scénographe, notamment l’exposition collective L’amour et la violence de l’atelier Corps, Genre, Arts et la première édition du festival Eco Histoires. Elle explore à travers le dessin à l’encre les liens entre l’intime et l’espace en tant que lieu.x, interrogeant nos rapports au sol, au corps, au ciel, au sensible.  

Site internet

 

Caroline Dejoie, Sorcière, performeuse et chercheuse indépendante. 

Elle a réalisé deux mémoires de recherche à Paris VII portant sur les mécanismes de retournement de l’insulte sexiste à travers les performances féministes, d’abord sur la figure de la putain, puis sur celle de la sorcière autour de l’œuvre d’Ana Mendieta. Dans ses dessins, ses textes et sa pratique performative – Les sorcières ne sont pas des femmes (2019), Petites oiselles de mauvais augure (2020) – elle s’intéresse particulièrement à des figures féminines hors-normes comme la sorcière, la pute, la chimère ou la cyborg, et à leurs possibles réappropriations queer et « empouvoirantes ». Dans ses derniers travaux entre recherche et création, elle s’intéresse à la question des voix et des sonorités des prises de parole des minorisé.e.s, et collabore à la création de plusieurs podcasts. Avec le collectif de chercheur.ses féministes Les Jaseuses, elle cherche des moyens novateurs, militants et bienveillants de faire de la recherche. 

Membre des Jaseuses

Instagram / Twitter / Tumblr

 

Isaline Dupond Jacquemart, photographe 

Formée aux études de genre à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales, à la philosophie à l’université Paris Ouest Nanterre ainsi qu’à la photographie aux Ateliers Beaux Arts de la Ville de Paris, elle s’est attachée à investir le concept de “retravail du corps” comme réappropriation et elle a enquêté dans un second temps sur les dispositifs de lutte contre les inégalités femmes-hommes sous l’angle de la sociologie du travail et du genre. Photographe, elle s’intéresse dans son travail plastique à l’écoféminisme (Mum and the Garden: Chrysalis, 2019-2020) mais aussi à l’identité, au corps et au genre à travers des séries d’autoportraits et d’auto-images interrogeant l’incorporation des normes de genre (Selfportraits With and Against Gender 2019-2020) et proposant des recompositions de possibles corporels (Le corps de l’image 2019-2020). Elle mène aussi un travail d’art vidéo à partir d’archives vidéo autour de la mémoire des désastres et de la manière dont il est possible d’habiter ce trouble. Elle aime construire de nouveaux mondes en images pour interroger le nôtre en retour et collabore à la réalisation de podcasts rejoignant les études de genre.

Membre d’EFiGiES et des Jaseuses

Instagram / Site internet

 

Clara Guimarães Santiago, doctorante en philosophie à l’Université de Paris.

Après avoir mené initialement une licence en musique et un parcours professionnel en tant que chanteuse lyrique, Clara suit une licence en philosophie à l’Université Méthodiste de São Paulo et de surcroît un master en enseignement, histoire, philosophie de la science et des mathématiques à l’Université Fédérale d’ABC. Spécialisée dans le domaine de la musique contemporaine et expérimentée en production de projets culturels, elle était la responsable éditorial de culture du journal « O contemporâneo » au Brésil, et  superviseure du Pronatec à l’Institut Fédéral de Pernambouc dans le cadre du cours d’agent culturel. Actuellement, elle travaille sur une thèse : « les corps féminins et les pratiques de résistance politique » et s’interroge sur comment les femmes peuvent utiliser leurs corps afin de résister politiquement à la violence de la domination patriarcale ? Chercheuse et membre du groupe de recherche « Les droits « humains », les mouvements sociaux et les institutions » de l’Université fédérale de Fronteira do Sul (UFFS – Brésil), elle est aussi rattachée au Laboratoire du changement social et politique (LCSP, EA 7335) et vice-présidente de l’association EFiGiES en France.

Membre du bureau d’EFiGiES

 

Samy Lagrange, doctorant en histoire à l’Université Sorbonne Paris Nord

Samy Lagrange

Diplômé en histoire de l’art de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Samy Lagrange est aujourd’hui doctorant au sein du laboratoire Pléiade. Sa recherche interdisciplinaire, aux frontières de l’histoire, de l’histoire de l’art et des études de genre, interroge les discours et les représentations autour des identités intimes et des masculinités. Spécialisé dans l’histoire socio-intime des arts au XIXe siècle, son terrain d’enquête se focalise aujourd’hui sur les périodes révolutionnaires européennes. Une thèse en cours d’élaboration, sous le titre “Les masculinités insurrectionnelles : discours et représentations au XIXe siècle”, propose d’éclairer les visions populaires sur les masculinités, leurs fluctuations et leurs conséquences sur les performances de genre lors des moments de troubles socio-politiques. Il est chargé de cours en histoire sociale contemporaine à l’USPN et participe aux réflexions sur une nouvelle critique d’art libre et engagée au sein de Jeunes Critiques d’Art.

Membre d’EFiGiES, 19-20 et Jeunes Critiques d’Art / YACI

TwitterInstagram

 

Manon Lecaplain, doctorante en histoire à l’Université PSL (Ecole nationale des chartes)

Titulaire d’un master à l’université Panthéon Sorbonne et du diplôme de l’Ecole nationale des chartes (prom. 2019), elle poursuit actuellement ses recherches autour des premières revues françaises de nu photographique dans le cadre d’une thèse de doctorat qui sera soutenue en mai 2021. Intitulé “De la tradition académique à la culture érotique de masse : les premières revues de nu photographique à destination des artistes (1902-1914)”, ce travail est profondément pluridisciplinaire. Il se situe à la croisée des histoires de la photographie, de l’art, du droit et des mentalités tout en s’inscrivant d’une manière plus générale dans les études de genre. Elle propose de jeter un nouveau regard sur ces revues trop longtemps réduites à leur érotisme vulgaire ou kitsch : les “revues du nu” sont tout à la fois produits et créatrices des idées de la société dont elles sont issues et cristallisent les débats qui se jouent autour de la nudité, de la femme, du sexe et du corps. Ses recherches ont fait l’objet de plusieurs publications et de quelques interventions en colloque. Elle est actuellement commissaire d’exposition au musée Picasso de Barcelone. 

Membre d’EFiGiES et de Queerinal

Instagram 

 

Mathilde Leïchlé, doctorante en histoire de l’art à l’Université PSL (École Pratique des Hautes Études)

Diplômée de l’École du Louvre en Histoire de l’art et de l’Université Paris 3 en Lettres Modernes, Mathilde Leïchlé est doctorante en Histoire de l’art à l’École Pratique des Hautes Études. Elle a d’abord travaillé sur les images et imaginaires liés à la sainte Marie Madeleine au XIXe siècle en France et s’intéressait aux rapports qui unissent iconographies religieuses, politiques d’encadrement des mœurs et vie des femmes contemporaines. Ses recherches actuelles concernent les représentations des violences misogynes et sexuelles au XIXe siècle. Après plusieurs stages en préparation de l’exposition Splendeurs et Misères, Images de la prostitution, 1850-1910, elle a travaillé pendant dix mois à la valorisation des artistes femmes au musée d’Orsay en tant que chargée de mission. Passionnée par le XIXe siècle et les études de genre, par les rapports entre musées, médiation et recherche, elle travaille aussi régulièrement avec des artistes contemporain·e·s. En 2017, elle a reçu avec l’artiste Raphaëlle Peria le Prix du Jury du Prix Science Po pour l’art contemporain. Elle est aujourd’hui chargée de cours à l’École du Louvre et à l’Université Paris 8.

Membre du bureau d’EFiGiES, des Jaseuses et du comité d’organisation des Doctoriales de la SERD

Carnet hypothèse / Twitter / Instagram

 

Viviane Leïchlé, chargée de production et de programmation spectacle vivant et arts visuels.  

Après une licence d’Histoire de l’Art à Paris-Sorbonne (Paris IV), Viviane Leïchlé suit un master de Projets Culturels Internationaux à l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines. Elle obtient son diplôme en 2017 et soutient son mémoire sur la musique comme vecteur de mixité sociale. Elle effectue des stages en France et à l’étranger dans la production et la communication – assistante chargée de production pour le festival Formula Bula, bandes dessinées et plus si affinité (Paris) et chargée des évènements et de la communication du collectif d’artistes Colors Collective (Auckland, Nouvelle-Zélande). Viviane travaille ensuite pour l’Association Silhouette où elle occupe, dans un premier temps, le poste d’assistante à la coordination générale de l’association, puis celui de chargée des actions culturelles et, enfin, le poste de coordinatrice générale du Festival Silhouette (festival de concerts et de courts métrages, Paris 19e). Elle occupe aujourd’hui le poste de chargée de mission Spectacle Vivant pour la ville de Houilles (78) où elle est en charge de la programmation musicale et humoristique de la ville.

Instagram

 

Lucie Nizard, doctorante en littérature française du XIXe siècle à l’Université Paris 3-Sorbonne Nouvelle, au sein du laboratoire CRP19 (Centre de Recherche sur les Poétiques du XIXe siècle).

Normalienne (ENS de Lyon) et agrégée de Lettres Modernes, Lucie Nizard termine actuellement une thèse consacrée à la poétique du désir sexuel féminin dans le roman du second XIXe siècle, sous la direction d’Éléonore Reverzy. Ses travaux l’ont conduite à s’intéresser à la notion de consentement. Elle tente de mieux comprendre comment s’élaborent les discours normatifs sur le désir féminin, en se plaçant dans une perspective sociocritique.

Membre des Jaseuses

 

Eugénie Péron-Douté, doctorante contractuelle en littérature contemporaine au sein du laboratoire EHIC. 

Eugénie Péron-Douté est doctorante sous contrat doctoral. Travaillant sous la co-tutelle de Chloé Ouaked (Université de Limoges) et de Dawn Cornelio (Université de Guelph), sa thèse s’intitule Le corps-laboratoire. Plasticité du Je chez Chloé Delaume. Elle suit tout d’abord un double parcourt artistique (Arts plastiques et Théâtre) à l’Université Michel de Montaigne à Bordeaux III où elle obtient un premier Master en Pratiques artistiques. C’est à l’Université de Paris VIII qu’elle valide un second Master en Études de genre sous la direction d’Anne-Emmanuelle Berger. Elle organise durant ces années une journée d’étude intitulée Transcrire les corps ainsi que le colloque international Mutantes/Vampires autour des œuvres de Virginie Despentes et de Paul Beatriz Preciado. Eugénie Péron-Douté obtient en 2018 le contrat doctoral mis au concours au sein du laboratoire EHIC à la FLSH. Ses recherches s’inscrivent à la croisée de la Littérature contemporaine, de la Performance et des Queer studies. Elle intervient régulièrement lors de séminaires, journées d’études, colloques, congrès et a publié divers articles scientifiques. Elle est actuellement chargée d’atelier d’arts plastiques à l’Université de Paris VIII et chargée de cours en littérature à l’Université de Paris III.

Membre du bureau d’EFiGiES

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search