Quelle place peuvent prendre les archives à retrouver ou inventer dans la constitution toujours en mouvement d’un art féministe et queer ? Comment les héritages propres à ces engagements, à ces communautés impriment-ils leurs trainées de comètes dans les images contemporaines ? La présentation d’œuvres de plusieurs artistes contemporaines entrera en écho avec une discussion entre des artistes, créatrices, chercheuses engagées dans la mise en lumière de ces constellations d’œuvres et d’histoire(s). 

************************

Commissariat : Mathilde Chauvel, Caroline Dejoie, Isaline Dupond Jacquemart, Manon Lecaplain et Mathilde Leïchlé. 

************************

******************

********

*

 

Solène Raclot, Carnet de recherche, 2020.

 

 

 

Une voix émerge de l’antre des cieux, 
inaudible,
les grondements vous éveillent,
vous traversent,
et dans l’âcreté de votre salive,
vous semblez entendre des mots qui se forment,
les tremblements des sons font résonner vos propres cordes,
haletante,
les souvenirs d’une histoire si similaire à la vôtre se rappellent à votre esprit,
vous vous levez,
vous vous servez un verre d’eau,
vous vous approchez de la fenêtre,
vous sentez le froid là derrière,
vous levez vos yeux vers le ciel,
vous ne le savez peut-être pas,
mais vous me regardez,
tout comme vous me regardiez enfant,
et vous êtes souvent plusieurs à me regarder en même temps,
cela vous y pensez souvent,
« quels autres regards se portent vers ce même lieu, en ce moment même ? »
cette pensée vous émerveille mais au même instant l’imaginer vous ramène à votre solitude,
vous avez raison,
vous êtes seule et vous avez tort : je ne suis pas un lieu.

Quels mots seraient assez forts pour traverser cette gorge déployée ?

Par habitude,
j’observe vos oreilles qui se liquéfient et en lèche le cérumen,
je dépose dans ma gueule la chaleur de vos corps, l’innocence de vos histoires.

Les miens volent vos fils, ils les prennent aux portes de la forêt, les emportent ;
dans la chaleur de leurs pelages, les plus désespérés retrouveront le sein velu maternant.
Vous pensez à cela.
Cette histoire,
cet homme ravi devant les yeux de sa fiancée,
vous avez l’impression de l’avoir déjà entendue,
il y neigeait,
c’était rapide,
à peine violent,
c’était le fils d’une femme que connaissait un homme que vous connaissez,
et on vous l’avait racontée,
car à ne parler que d’ours,
on finissait par ne vous parler que de cela.
Vous êtes là, lasse,
vous pensez à cet homme disparu, à sa femme, à sa mère, vous me cherchez du regard.

καλήν έσπέραν

Je contourne tout comme ils bâtissent le silence. Ce qu’ils disaient de moi, je ne l’étais pas. De mon nom, de ma fonction, de cette histoire, là encore, cette histoire, que reste-t-il ? Comment vous conter ? Je contourne. C’était l’histoire d’une femme, d’une nymphe, d’une suivante, exceptionnellement belle (Aux yeux de qui ?), d’une chasseresse trompée, abusée, chassée, engrossée, surveillée, jalousée, chassée, accrochée, damnée, accrochée. Donc chaque soir, tu me voix. Parfois, tu me parles. Un jour on a défait le toit de la décapotable, tu avais bu, tu m’as parlée. Il y a des choses que tu as comprises depuis mais que tu n’écriras pas, car tu le sais, cette histoire que tu portes, c’est autant la tienne que celle de celle qui te lit. Donc, je reprends, c’est l’histoire d’un viol. D’un dieu qui prend les traits d’une personne de confiance, qui m’approche et qui me prend par surprise. Moi, je ne dis rien. D’ailleurs, je ne le sais peut-être pas. Mais mon corps se gonfle. Alors, un jour, nue, on décide que… je suis indécente, que j’ai trahi, alors on me chasse. Là, j’erre. J’ai tort de me penser seule, car je ne le suis pas. Je ne suis pas seule et j’erre. Jusqu’au jour où j’enfante, et on ne l’accepte pas. Mon fils est l’incarnation du viol alors on me l’enlève. Là, je suis seule. Ce n’est pas suffisant, alors on me métamorphose. Sur mes bras, le duvet s’épaissit, mes ongles se durcissent, s’aiguisent, et ma gueule, mon indomptable mâchoire, je la balance, ma gueule, je n’ai plus de mots pour le dire, mes larmes se transforment en grondement, mon souffle fait fondre les premières glaces, réveillent les autres femmes dans la nuit, elles regardent à la fenêtre où je me trouverai bientôt, car mon fils a grandi, mon fils me cherche, mon fils sait que je suis mais ce que je suis, alors mon fils me rencontre et mon fils, comme dans tout beau mythe qui se respecte, essaie de me tuer, le beau matricide, mais non, car on s’interpose, l’arme ne m’atteint pas je suis déjà scotchée dans l’espace, lui aussi. Nous sommes tous les deux, nous avons l’éternité pour nous, l’infini à nous. Certaines nous regardent, certaines cherchent à retrouver leurs chemins, d’autres à comprendre leurs lendemains.

Mais qu’est-ce qu’on mange accrochée là-haut ?

 

************************

« Quand je regarde les étoiles aujourd’hui, j’ai l’impression d’en détenir un secret.»

Solène Raclot

Découvrez la présentation de l’exposition, l’ensemble des épisodes du podcast et le compte instagram de Solène Raclot.


Rejoindre la conversation

1 commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search