Quelle place peuvent prendre les archives à retrouver ou inventer dans la constitution toujours en mouvement d’un art féministe et queer ? Comment les héritages propres à ces engagements, à ces communautés impriment-ils leurs trainées de comètes dans les images contemporaines ? La présentation d’œuvres de plusieurs artistes contemporaines entrera en écho avec une discussion entre des artistes, créatrices, chercheuses engagées dans la mise en lumière de ces constellations d’œuvres et d’histoire(s).

************************

Commissariat : Mathilde Chauvel, Caroline Dejoie, Isaline Dupond Jacquemart, Manon Lecaplain et Mathilde Leïchlé.

************************

******************

********

*

 

Les constellations n’existent que parce qu’on les voit.

 

Regarder les constellations, c’est avant tout trouver, en un instant suspendu dans le temps, l’espace
où il est bon se retrouver seul.e, face au ciel, face à soi-même.
Voyager parmi les étoiles comme dans son intériorité et contempler. Les constellations sont là,
avec nous, elles nous accompagnent à chaque instant, à chaque endroit de la nuit.
Elles forment un repère rassurant, immuable, qui perdurera avec ou
sans nous.

Pourtant, les constellations ne sont que le fruit de notre imagination collective. Véritablement seul.e face au ciel, et sans aucun lien avec la communauté humaine, nul ne pourrait les voir, les connaître, les reconnaître. L’œil humain a regroupé les étoiles visibles, les a liées, nommées, théorisées. Ces étoiles qu’il a rapprochées et rendues interdépendantes au sein de constellations sont en réalité très éloignées physiquement les unes des autres. Comme des anamorphoses qui apparaissent et disparaissent au gré de nos déplacements et de nos points de vue, les constellations ne sont visibles et n’existent que par et pour l’œil humain depuis le sol.

Les constellations n’existent que parce qu’on les voit.

Impossible alors de contempler seul.e le ciel. C’est toute l’histoire, les références et la communauté humaines qui sont derrière chacun.e d’entre nous au moment où nous pointons le nez vers lui. Le premier réflexe, l’instinct, revient à chercher ce que l’on connait, à voir dans les étoiles les constellations repères et quadriller à partir d’elles le ciel à l’image de nos propres croyances et références.

Les étoiles brillent comme des repères. Elles aveuglent aussi. Dans l’art, comme dans l’ensemble des champs de la vie, les stars, les vedettes les plus visibles, accaparent la lumière, les études, les réseaux et la reconnaissance. Il faut faire l’effort de regarder plus loin, de plisser les yeux pour découvrir d’autres étoiles moins brillantes, se couper du ciel préalablement quadrillé et véritablement regarder, avec attention.

De tierces personnes sont là pour nous guider, pour nous montrer les constellations existantes et celles en train de se faire pour véritablement les regarder et les intégrer à notre propre faisceau de références. Ces tierces personnes, les passeur.se, font le lien entre le monde du visible – le sol – et le monde de l’invisible – le ciel. Elles ouvrent un monde totalement nouveau, proposent d’adopter un point de vue autre et c’est l’ensemble de notre ciel de références qui s’en trouve bousculé. C’est un proche, un.e créateur.rice, un.e professeur.e, un.e scientifique, un.e ancêtre, un.e inconnu.e, qui montre un chemin nouveau. C’est l’étoile du nord qui guide et éclaire la nuit.

Les constellations n’existent que parce qu’on les regarde.

L’enjeu est alors d’ouvrir le sens, d’ouvrir les yeux et d’adapter son regard. Aller à la rencontre d’un monde beaucoup plus vaste et donner à chaque étoile la possibilité d’exister et de construire sa propre constellation. Une étoile n’existe pas sans constellation. Une constellation n’existe pas sans étoile.

Faire briller les étoiles, les œuvres, c’est s’autoriser à plonger à l’intérieur d’elles comme dans de nouveaux ciels où tout reste à découvrir. Adopter leur œil, leurs langages et leurs constellations de références pour mieux les regarder et les faire résonner avec notre propre subjectivité. La lumière des étoiles, comme celle des œuvres d’art, accroche l’œil. Elle se diffuse, imprime sur notre rétine des impressions, des souvenirs, des sensations et dessine dans les étoiles des formes, des sens, des interprétations selon notre propre histoire, expérience et subjectivité.

Faire briller les étoiles, les créatrices, c’est adopter un positionnement, un point de vue ouvert, curieux et solidaire pour ne rien mettre de côté. Ce positionnement est celui du spectateur, des artistes, des institutions, des chercheur.se.s, de tout un chacun, qui cherche à réapprendre à voir et à regarder ce qui est déjà là et qui se créé à chaque instant. Pour donner une visibilité, développer et découvrir de nouvelles constellations créatrices qui passeront et se déploieront, comme les mythes fondateurs d’une réalité en train de se construire, de génération en génération.

Les constellations n’existent que parce qu’il y a quelqu’un pour les créer.
Quelqu’un pour les montrer du doigt.
Pour les transmettre.
Les raconter.

Les constellations n’existent que parce qu’on cherche à les voir.

 

Camille Brouillard
Pour Constellations

 
************************
« Les constellations sont poétiques, elles sont mythologiques, dans le sens où elles créent un monde et où elles ont besoin d’être vues et racontées pour perdurer de génération en génération. »
Constellations Artistes Femmes
 

Rejoindre la conversation

2 commentaires

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  1. Ce texte est puissant . Une puissance qui a traverse les cellules de mon corps jusqu’au noyau . Je me suis sentie vivre dans ces mots. Merci pour cette sensation .

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search